Le combat d'un père, ou "Où on va, papa ?" de Jean-Louis Fournier.

juillet 19, 2016



Jean-Louis Fournier est père de trois enfants, ses deux aînés souffrent de handicaps lourds tant physiques que mentaux. OÙ ON VA PAPA ? est un condensé de ces moments partagés tantôt drôles tantôt dramatiques, tantôt légers tantôt tragiques.

« Un jour que je voyais Josée en train de déboucher un évier avec une ventouse, je lui ai dit que j'allais en acheter une seconde. Elle m'a demandé :
" Pourquoi deux, monsieur ? Une, ça suffit. "
Je lui ai répondu :
" Vous oubliez que j'ai deux enfants, Josée. "
Elle n'a pas compris. Je lui ai alors expliqué que quand on promenait Mathieu et Thomas et qu'il fallait leur faire traverser un ruisseau, il était pratique de se servir de la ventouse. On la fixait sur la tête des enfants. Il suffisait alors de saisir le manche pour les soulever et leur permettre de passer au-dessus du ruisseau, sans se mouiller les pieds. C'était plus pratique que de les prendre dans les bras.
Elle était horrifiée.
A partir de ce jour, la ventouse a disparu. Elle a dû la cacher ... »

Sont à la fois abordés la joie à l'annonce de la première grossesse et le dépit des parents à l'annonce des retards de Mathieu, les craintes pour Thomas et la découverte du handicap, leurs enfances, adolescences, l'abandon du foyer par la mère et le décès de Mathieu.
« Que ceux qui n'ont jamais eu peur d'avoir un enfant anormal lèvent la main.
Personne n'a levé la main.
Tout le monde y pense, comme on pense à un tremblement de terre, comme on pense à la fin du monde, quelque chose qui n'arrive qu'une fois.
J'ai eu deux fins du monde.
»
OÙ ON VA PAPA ? est la phrase que répète inlassablement Thomas en voiture, sans même attendre une réponse de son père. N'est-ce pas aussi une interrogation sur la déchéance physique et mentale que subissaient les deux petits ?
En moins de 200 pages Jean-Louis Fournier arrive à transmettre au lecteur des émotions que certains ne suscitent pas en 2000 pages. Chaque anecdote a été choisie avec soin, transcrite avec justesse, sans superflu. Jean-Louis Fournier ne cherche en aucun cas la pitié du lecteur, plutôt la compréhension de sa situation de père qui n'apprendra jamais à ses fils à faire du vélo sans roulettes ou à tricher au Monopoly

Une petite perle pour une lecture de moins de 2h de temps sur un sujet terrible merveilleusement abordé.

« Il ne faut pas croire que la mort d'un enfant handicapé est moins triste. C'est aussi triste que la mort d'un enfant normal.
Elle est terrible la mort de celui qui n'a jamais été heureux, celui qui est venu faire un petit tour sur Terre seulement pour souffrir.
De celui-là, on a du mal à garder le souvenir d'un sourire.
»

-> OU ON VA PAPA, de Jean-Louis Fournier - Éditions Stock, 2008 - 158 pages





You Might Also Like

0 commentaires