La Tranchée de la Soif, ou le calvaire du 172ème RI.

juin 17, 2016


Il y a un peu plus d'un an j'ai passé UNE JOURNÉE SUR LES LIEUX DE BATAILLES AUX ALENTOURS DE VERDUN. Rien n'avait été prévu à l'avance si bien que nous nous sommes d'abord arrêtés très loin de Verdun, aux tranchées de Saint-Mihiel. Nous sommes ensuite allés à Fleury-devant-Douaumont, Vaux-devant-Damloup et Douaumont, aux forts de Vaux et de Douaumont, au monument Maginot, à l'ossuaire de Douaumont et enfin au boyau de Londres.

Il n'est pas facile de partager une telle journée, un tel condensé d'Histoire et d'émotions. Le billet du jour se contentera du bois d'Ailly.

----------------------------------------------

Le Bois d'Ailly et la Tranchée de la Soif ne sont pas des plus faciles à trouver. Les indications m'ont été donnée par la très gentille employée de l'Office de Tourisme, je ne peux donc les retranscrire ici. On a cru être perdus plusieurs fois, la route n'est vraiment pas celle d'un lieu touristique. Heureusement que nous avons persisté !

LE BOIS D'AILLY EST L'UN DE CES LIEUX TROP MÉCONNUS QUI MÉRITENT VRAIMENT LE DÉTOUR.



Je n'avais jamais entendu quoi que ce soit sur la Tranchées de la Soif avant d'y mettre les pieds. Les commentaires des plateformes sont tellement bien fait que je ne reformulerai rien.
Extrait des textes de la plateforme n°2 :

Le 22, nouvelle attaque allemande repoussée à coups de fusil (il n'y a plus de grenades).
Les musettes sont délestées depuis longtemps des quelques vivres qu'elles avaient contenus le 19 au soir. Les bidons, fortement entamés déjà avant le départ pour l'attaque, sont vides depuis le 20 dans la matinée. Nos héros ont faim;ils ont soif surtout. La chaleur est suffocante. La terre sous les projectiles vole en poussière sèche. La soif produit les plus dures souffrances. On ne sait comment se rafraichir les lèvres.
Et la bataille continue. On tue, on souffre, on meurt.
Le 22 mai, à 16 heures, il y a près de trois jours qu'on est sans vivres, sans boisson, sans contact avec les amis.
Par de furieuses ruées répétées, les Allemands réussissent à envahir la « Tranchée de la Soif ».
Le Commandant d'André quitte le dernier la « Tranchée de la Soif », suivant les glorieuses épaves qui avaient été le 7ème Compagnie du 172ème Régiment d'Infanterie.

 




Je me suis volontairement laissée sur deux photos, pour mieux rendre compte de la petitesse des abris et de la taille de l'impact d'obus.


Rendez-vous bientôt pour découvrir les autres lieux de mémoire qui entourent Verdun.



You Might Also Like

0 commentaires